Récemment, j’ai eu l’honneur de rencontrer l’un des deux créateurs de la marque Monkey Guitars. Ce touche à tout franco-suisse a fait le chemin jusqu’à Dijon et n’est pas venu les mains vides, mais accompagné de trois jolies guitares créées spécialement pour leur showroom : les Jazzcasters.

monkey-guitars-swisscaster-gold-logo

Présentation

Monkey Guitars est une lutherie bien spécifique puisque Emmanuel ne travaille pas seul contrairement à certains artisans locaux. Grâce à ses relations internationales, il s’entoure d’artisans spécialisés afin de réaliser des guitares d’une qualité exceptionnelle. Sa vision des choses à se niveau est à la fois stricte et judicieuse. Après tout, pourquoi ne pas confier la réalisation de la peinture et le vernissage à son associé Seb, et les corps et les manches à d’autres personnes qui ne font que ça et qui le font très bien ? Le résultat n’en serait que meilleur, et c’est effectivement le cas. Mais avant la création d’une Monkey, chaque client bénéficie de l’expertise d’Emmanuel, qui joue alors un rôle de consultant en les orientant vers les choix les plus appropriés, en fonction de leurs envies et de leurs exigences.

Showroom

Pour montrer ce qu’ils savent faire et aussi pour voir des instrument à tester au showroom, Monkey a réalisé une série de trois modèles, (deux nouveaux arrivent prochainement), j’ai nommé les Jazzcasters. Le corps de ces guitares est comme vous pouvez le voir inspiré des Fender Jazzmaster, mais l’idée était de donner à cette forme des configurations différentes de ce que l’on peut voir habituellement.

Monkey Jazzcaster Blue Sky
Sur cette Monkey au bleu magnifique, le set de Bare Knuckle PAT Pend ’63 spécial Veneer Board annonce clairement une configuration typée Strat. Le manche en érable possède d’ailleurs une fine touche en palissandre et des repères « clay dot » vintages. Ce genre de manche a été introduit par Fender en 1962, mais ne les produit plus aujourd’hui. Les pontets en laiton ont été réalisés sur mesure pour apporter du moelleux aux micros.

Monkey Jazzcaster Blue Sky

Monkey Jazzcaster Blue Sky

Monkey Jazzcaster Sunburst
Quand je pense à une Telecaster, je l’imagine forcément Sunburst. Je ne sais pas si c’est la même chose pour Monkey Guitars, en tout cas pas de doute possible en regardant cet accastillage et cet ensemble de micros Bare Knuckle Blackguard Flat ’50. Ils sont switchables par un sélecteur 4 positions, la quatrième mettant les deux micros en série pour plus de claquant et de brillance. Le potentiomètre de tonalité est un « No-Load Pot », qui va supprimer totalement la tonalité du circuit quand le potard est a fond. Le corps en frêne français est légèrement flammé, et pourtant, les veines de ce bois centenaire ressortent très bien grâce à un verni extrêmement fin.

Monkey Jazzcaster Sunburst

Monkey Jazzcaster Sunburst

Monkey Jazzcaster Yellow Jacket
Place à la modernité avec une Jazzcaster au bridge typé Tele grâce à sa plaque pourtant épurée, en accord parfait avec les deux micros double bobinage Bare Knuckle The Mule. Des micros splittables, qui offrent donc une palette de sonorités encore plus riche en passant de la position humbucker à la position simple bobinage. Paradoxalement, sa finition jaune clair et son pickguard découpé de manière originale me font penser à une voiture américaine vintage.

Monkey Jazzcaster Yellow Jacket

Monkey Jazzcaster Yellow Jacket

Monkey Jazzcaster Yellow Jacket

Je regrette de ne pas avoir eu plus de vieilles Fender entre les mains, ce qui m’aurait permis peut-être d’avoir une certaine nostalgie sur le confort de jeu de l’époque. Un confort qui est tout de même bien présent quel que soit le type de manche monté, puisque sur ces trois modèles de showroom, aucun n’est identique. Je suis sûr que les nostalgiques de Fender souhaitant retrouver certaines configurations n’étant plus fabriquées comme le manche type ’62 de la Blue Sky s’y retrouveront forcément sur une Monkey. Concernant les sonorités, on reste sur des micros haut de gamme bien entendu, offrant une brillance prédominante en son clair crunchant parfois à haut volume, notamment pour les humbuckers de la Yellow Jacket, mais aussi grâce à une combinaison soigneusement étudiée des bois utilisés, de l’accastillage, et à un vernis d’une finesse incroyable. Et comme le détail a sa place du chevalet à la tête, chaque logo Monkey est réalisé à la feuille d’or 23 carats.

A noter que la marque fait aussi pas mal de modèles reliqués et ne s’oriente pas que dans un univers Fender, puisqu’elle a entre autres réalisé la Monkey Little One Jungle, inspirée de la Gibson SG, et qu’elle peut réaliser des LP Junior sur demande. N’hésitez pas à suivre Monkey Guitars sur leur page Facebook pour voir leurs autres créations !