Rappelez-vous de la Third Eye Lust For Life, redécouverte après une customisation par l’artiste PEZ dans cet article. La marque de Custom 77, Third Eye, a lancé une version deux fois plus diabolique avec la Lust For Life Evil Twin Black, en test dans la suite de l’article…

third-eye-lfl-evil-twin-black

Présentation

Le principe de Third Eye est de produire des guitares épurées et esthétiques à des prix très compétitifs. Les modèles sont dérivés des guitares Custom 77, on retrouve donc les formes originales des Lust For Life, Watcher et Roxy, mais aussi celles plus classiques des London’s Burning et China Girl et leurs corps de Les Paul et de SG.

third-eye-lfl-evil-twin-black-head

Description

Pour cette version Evil Twin, le design de la Lust For Life a été jumelé de la tête au corps, avec un vernis satiné noir sur le bois d’acajou. La couleur noire fait plutôt penser à un gris foncé à la lumière, où l’on remarque bien l’aspect mat du vernis nitrocellulosique. Le manche 22 frettes est aussi collé et garde un profil fin type années 60 et une touche en palissandre au radius de 14″. Le diapason de 24,75″ confirme cette configuration très Les Paul. Mais alors quelles sont les différences avec une Lust For Life Black ? Tout d’abord, l’absence de pickguard pour mettre en valeur l’aspect satiné. Ensuite, bien que l’on retrouve le même chevalet Tune-O-Matic, les cordes sont ici traversantes. Aussi, il n’y a qu’un seul bouton de tonalité pour régler les deux micros double Alnico V « Firestarter ». Le poids perd enfin un kilo et passe à 3,2kg.

third-eye-lfl-evil-twin-black-zoom

Prise en main

Je suis tombé amoureux des vernis satinés depuis que j’ai eu une Gibson Les Paul BFG entre les mains. Pourtant, ce genre de guitares nécessite un entretien particulier et est surtout destiné à des guitaristes très soigneux car elles sont beaucoup plus fragiles et plus salissantes que les guitares ayant un vernis épais et brillant. Même si la marque économise sur la construction, les matériaux restent convenables, on ne tient pas une guitare de mauvaise qualité entre les mains, bien au contraire…

third-eye-lfl-evil-twin-back

Particularités

Contrairement à la Lust For Life Black, le jack est positionné sur la tranche du corps et pas sur le dessus. Je trouve ça à la fois plus pratique et plus esthétique. En fait, je n’ai jamais trop apprécié les prises jack à angle droit comme sur certaines Gibson SG. Aussi, on ne s’attend pas à ce que les courbes du corps soient si prononcées au niveau de la partie inférieure du corps, mais cela donne un petit côté ciselé intéressant au corps. Enfin, j’ai toujours eu un coup de cœur pour les jolis bindings, et on peut dire que Third Eye a tapé dans le mille ici avec ce petit filet en bois, qui ajoute encore un peu plus de charme à cette guitare.

third-eye-lfl-evil-twin-black-body

Sonorités

Après avoir accordé la guitare, je la branche directement et là surprise, les micros Alnico V « Firestarter » sont clairement faits pour du gros son moderne, et on n’en doute guère si l’on regarde l’aspect magnifique du modèle. Les basses des micros sont très présentes même en position chevalet, tout en conservant une bonne précision : ça bave très peu, voire pas du tout. J’ai trouvé le son clair un peu moins joli, mais il est quand même exploitable : les notes sont bien maintenues grâce au long tenon et aux cordes traversantes, spécialement utilisés pour renforcer le sustain. Voici trois prises de sons que j’ai fait avec la Evil Twin, en son clair mais surtout en saturé, avec plus ou moins de tonalité sur les micros :

Ce que j’ai aimé :

– Le look satiné entièrement noir, et plus particulièrement le filet en bois apparent,
– Le poids plume,
– Le son saturé très moderne,
– Le prix attractif.

Ce que j’ai moins aimé :

– Le vernis satiné est malgré tout très salissant et fragile,
– La forme de la tête, qui aurait dû être plus moderne pour cette série.

third-eye-lfl-evil-twin-black-binding

Conclusion

C’est la première fois que je teste une Third Eye, et je peux vous dire que cette marque est une vraie opportunité pour les guitaristes ayant un certain syndrome d’acquisition de guitares. La Lust For Life Evil Twin Black est bien conçue et sonne très bien, surtout en son saturé. Proposée à 325€, elle est un peu plus chère que sa sœur jumelle, la Lust For Life Black (qui est elle proposée à 285€), mais ce prix est justifié par ses finitions plus jolies, je parle notamment du binding en bois et de ses cordes traversantes, et elle possède deux humbuckers plus modernes faits pour les amateurs de Gain. Enfin, je tiens à remercier l’équipe de Third Eye by Custom77 qui m’a permis de réaliser ce test.